-55%
Le deal à ne pas rater :
Remise de 50% sur le tractopelle de chantier à construire MECCANO
10 € 22 €
Voir le deal

 lovers in the night | Yuva


BOYS AND GIRLS OF EVERY AGE, WOULDN'T YOU LIKE TO SEE SOMETHING STRANGE ?

Page 1 sur 1
Yulian Letov
MY MIND IS POWER
Yulian Letov
Impétuosité : 227
https://thecult.forumactif.com https://thecult.forumactif.com/t140-cannibal-class-killing-the-so
lovers in the night | Yuva Empty


lovers in the night
Yeva & Yulian

« So far from who I was, from who I love, from who I want to be. So far from all our dreams, from all it means, from you here next to me »
Coup de pelle ridicule, qui tape encore une fois dans le vide. parfois ce boulot n’a aucun sens, parfois s’occuper des morts pue et il aimerait être ailleurs. Au palais aux côtés de la princesse qu’il aurait pu aimer, aux côtés d’un amant qu’il aurait pu chérir. Mais personne à chérir aujourd’hui. Rien que lui et qu’un cadavre. Rien qu’un mort et une possible future, peut-être que c’est lui qui va s’allonger dans ce trou, non pas que ça n’est jamais arrivé à Yul. Une fois, peut-être plus, les yeux dans le vague, une sieste au fond d’un trou, histoire de pouvoir respirer un peu plus, de prendre du temps pour soi. Personne ne regarde vraiment la terre sur ses vêtements. Personne ne le traite de bouseux, il bosse avec les morts, pour eux, les rend joli ou les descend, on s’en fout, il en fait quelque chose, les détruit ou non, les embellit ou non. Un métier comme un autre, ce ceux qui font rire. Personne à l’école ne veut s’occuper des cadavres. Lui non plus ceci dit, juste besoin de l’argent qui va avec, qu’on lui file le fric pour quelques morts, il prend, il est dans le besoin permanent.

Passe la main sur le visage, trop chaud aujourd’hui, pas des chaleurs des plus angoissantes mais les chaleurs estivales. Son tee-shirt est trempé, d’une sueur contre laquelle il ne peut se battre, les manches inexistantes lui donnent tout de même trop chaud. Passe encore une main sur le front, geste inutile, la main est aussi trempée que le reste. Respire, prend un grand bol d’air et plante la pelle dans le sol avec un petit soupir. Le brun s’assoit sur le tas de terre, Respire une nouvelle fois, yeux dans le vague, cherche à penser à lui-même. Bordel de sentiment au creux de son esprit. Les questions qui se posent entre elles. Déteste ces moments où il peut réfléchir sur lui-même. Alors laisse son esprit s’échapper vers la chanson, rigolant doucement en pensant à ce morceau qu’ils avaient l’habitude à écouter avec Silas, dans la peur qu’on les attrape. Le murmure s’échappe de sa gorge, comme pour le ramener avant, quand tout était presque plus simple. Du moins qu’il pouvait vomir les injures au visage de sa mère sans peine. « Lord it's the same old tune, fiddle and guitar Where do we take it from here? Rhinestone suits and new shiny cars It's been the same way for years We need to change...» Secoue doucement la tête, lève les yeux vers le ciel dans l’espoir que ce dernier fasse taire sa peine.

Et peut-être qu’il l’a entendu, parce que les yeux tombent bientôt sur une silhouette. Doucereuse à ses yeux, elle lui attire un petit sourire sur les lèvres. Sujet de honte auparavant, maintenant sujet de douceur dans son coeur. Sans qu’il ne sache réellement pourquoi d’ailleurs, plus fort que lui, comme si voir le visage de quelqu’un avait quelque chose de rassurant. Un petit sourire tandis qu’il se met debout plus ou moins facilement. «Yeva!» Grand sourire sur les lèvres, ne se doute pas, comment pourrait-il, va passer pour un connard quelques minutes plus tard.
(c) DΛNDELION

_________________

So cold to live without a soul but I do my best to make things right.
  Lun 24 Juin - 23:31
Revenir en haut Aller en bas
Yeva K. Romanova
EMISSARY OF DEATH
Yeva K. Romanova
Impétuosité : 71
https://thecult.forumactif.com
lovers in the night | Yuva Empty

Lovers in the Night


Comment pourrait-il le croire.. ? Elle même n'arrivait à le croire. Elle avait beau se regarder dans le miroir, de face, de profil... Elle ne se rendait pas compte, malgré le test urinaire, le test sanguin, son ventre commençant à courber doucement. Était-ce bien réel ? Avait-elle vraiment fait une erreur aussi bête ? Voulait-elle l'appeler erreur.. ?

Un enfant. Elle n'arrivait vraiment pas à se faire à l'idée. A se voir maman, avec quel père à ses côtés ? Elle doutait que Yulian serait enthousiaste à cette idée. Et puis.. Il n'avait pas vraiment le profil d'un époux Romanov, sans vouloir être désobligeante, elle ne pouvait se permettre de le choisir comme fiancé. Leur relation était censée être simple et sans prise de tête, sûrement pas à vocation de former un couple marié, rangé et avec un bébé. Mais l'avortement pour elle n'était pas envisageable. Elle avait déjà son médecin, en qui elle avait confiance pour ne pas divulguer ce secret que pour l'instant ,elle n'avait partagé à personne d'autres. Mais une opération pour le retirer, nécessiterait trop de personnel et surtout de l'avouer à tous. Et une Romanov qui avorte, sans père et sans raison apparente.. C'est encore ce qui pourrait arriver de pire à sa famille. Ce genre d'« accident » n'est pas permit. Même si porter l'enfant d'un père inconnu ne l'est pas vraiment plus..

Mais pour l'instant, Yeva se devait surtout d'en informer le premier concerné. Elle se sentait.. Désolée de lui infliger ça, dans un sens. Parce qu'il ne sera jamais le père officiel, parce qu'elle ne savait quelle place il aurait ou voudrait avoir et parce qu'elle ne pourrait pas avorter.. Elle regarda son ventre, passant doucement ses mains dessus. Ses pensées l'effrayaient presque.. Elle n'arrivait pas à voir ce ventre comme un enfant, son enfant en l'occurrence, dont elle allait être la mère. Pour l'instant elle pensait à l'image de sa famille, aux soucis que cela causerait à Yulian.. Ca la désolait, de ne pas pouvoir ressentir pour l'instant la moindre empathie, pas un sentiment clairement identifié envers ce fœtus...

Elle soupira, elle avait assez traîné. Elle prit son sac et se dirigea vers la voiture, le chauffeur lui ouvrant la portière, elle s'installa et ils partirent. Oui, elle avait traîner. Soit par peur, par gêne et parfois par manque de temps, mais surtout l'esprit surabondé de questions en tout genres. Le chauffeur la déposa à une distance raisonnable du cimetière. Quelques pas et la voici au portail. Un coup d’œil circulaire pour essayer de repérer le croque-mort, parmi les pierres tombales. Son attention est attirée vers un tas de terre. Elle s'approche, voyant cet homme qu'elle avait fréquenté ces derniers temps, après plusieurs semaines d'absences.

Elle est accueillie par un sourire, provoquant le sien et lui faisant oublier un instant ces ennuis. C'est aussi pour ça qu'elle avait commencé à venir en premier lieu. Sa compagnie lui faisait échapper à tout ce qui la tourmentait, mais aussi à tout ce dont elle avait l'habitude. Les protocoles, les formalités, les parquets immaculés comme des miroirs et les lustres étincelants.. Il était aux antipodes de tout cela, encore maintenant elle pouvait le constater. Le teint aux nuances de rouge et de brun et les gouttes de sueurs coulant sur sa peau, par la chaleur et le soleil. L'effort du travail faisant bander ses muscles, la saleté et la terre s'accumulant sur ses vêtements.. Elle phase un instant sur ses détails qui ne lui donnent qu'une envie.. Lécher ces perles de sueurs au goût amer sur sa peau chaude, se coller à lui pour partager cette crasse.. Se salir aussi, elle ayant toujours vécu dans des palais aseptisés et des vêtements de luxe. Ils contrastaient totalement... Bien sûr, elle n'avait jamais osé lui parler de cette partie de lui qui l'attirait, la charmait, de peur qu'il le prenne mal.

Cela lui rendit une certaine joie, de constater la sienne à sa venue. Lui faisant miroiter que peut-être, cette nouvelle ne chamboulerait pas trop. Elle se rapprocha, venant l'embrasser,

« - Bonjour Yulian, comment vas-tu ? Ça faisait longtemps..»

Elle profite de ce court contact pour assouvir un temps soit peu ses fantasmes avant de se reculer légèrement. Il le sait, elle tient tout de même à éviter d'attirer l’œil sur eux. Elle le regarde, comment lui dire ? L'option la plus directe sera sans doutes la meilleure.. Mais elle ne veut pas non-plus être brut. Elle regarde, son sourire diminuant un peu. Si elle le fixe en attendant trop longtemps, ce sera bizarre. Elle prend son courage à deux mains, soupire en lui annonçant directement,

« -Yulian... Je suis enceinte. »

#330033
  Mar 25 Juin - 19:30
Revenir en haut Aller en bas
Yulian Letov
MY MIND IS POWER
Yulian Letov
Impétuosité : 227
https://thecult.forumactif.com https://thecult.forumactif.com/t140-cannibal-class-killing-the-so
lovers in the night | Yuva Empty


lovers in the night
Yeva & Yulian

« So far from who I was, from who I love, from who I want to be. So far from all our dreams, from all it means, from you here next to me »
Le sourire qu’il a en réponse lui met du baume au coeur. Coeur meurtri d’avoir trop donné. Et aujourd’hui, ou du moins depuis qu’il l’a voit il n’y a pas de trop donné. C’est ironique, presque enfantin la façon dont son propre coeur s’accroche, lui qui était supposé rester si loin de tout ce que le monde pouvait offrir, lui que sa mère lui avait promis d’arracher. Coeur qui ne battait que pour lui même. Dans l’idée de faire du mal à l’autre, dans l’idée que peut-être il survivrait à ce monde s’il s’y coupait. Est-ce que ça a fonctionné? Pas réellement, à se mêler à la foule quelle que soit son milieu social, à boire le thé avec les aristos puis à cracher sur leurs gueules quelques heures plus tard, au milieu de la foule qui se révolte.

Yulian Letov peut-être plein de chose. Et l’amant d’une nuit est une de ces choses. L’amant d’une vie? L’amant d’une vie il aimerait. Mais il sait, à connu l’amour. Pour le voir tuer. Il a vu l’amour de sa vie détruit, il l’a mis en terre, Viggo qui, quelques tombes plus loin repose. Repousse l’idée, repousse les souvenirs de l’amour perdu. Pas le moment d’y penser. Reste sur l’amant d’une nuit et accroche ce sourire. Le baume au coeur de l’amitié. Parce que c’est ce que Yeva est pour lui. Des plans, Yulian en a eu. Peu d’intérêt, un numéro qu’il laisse, faux, il en a eu; il a même l’étrange amertume au fond de la gorge maintenant, chaque numéro faux le fait un peu plus médisant. Et pourtant, parfois, qui tombent du ciel, comme par magie, comme par un bon hasard qui lui réchauffe le sang, déglace son coeur ; il y  a ceux qu’il apprécie bien. Ceux qui pourront rester dans sa vie. Dorreh en est un d’entre eux. De ceux qu’il apprécie, qu’il pourrait revoir demain sans avoir peur de quoi que ce soit. Elle était l’une de ceux là.

Chanceuse petit sourire celui ci s’étend encore lorsque leurs deux lèvres se rencontrent. Baiser interdit, propulse le feu à l’intérieur de leurs entrailles. L’un et l’autre, l’autre et l’un, ensemble à deux sans qu’ils ne peuvent se battre contre les sentiments. Sentiments? Affection pour sa part, qu’il espère ne pas devoir repousser un jour ou l’autre. Mais les relations au sein de Moscou sont elles toutes aussi compliquées les unes  que les autres. Des pertes, des pleurs, des meurtres, des moeurs. Espoir, beaucoup qui coule entre ses veines, espoir qu’elle reste en vie assez longtemps pour qu’ils puissent rigoler l’un et l’autre autour d’un verre dans 40 ans.

«Je vais toujours bien Princesse, tu le sais.»
Un doux sourire encore. «Je ne peux monter te voir et tu sembles bloquer dans ta tour d’ivoire.»

Vient hausser les épaules, presque peiné par l’idée. Le brun regarde autour de lui, pose sa veste pour la glisser sur la terre, dans l’idée de lui faire un coin où elle puisse s’asseoir. Triste ironie qu’il réalise quelques instants après. Lui va tomber de haut. Les sourcils qui se soulèvent, surprise qui n’est même pas cachée. Surprise presque amusée. Sourire maladroit.

«Wow, je... Heu... Félicitations à toi Yeva!»

Les fils qui ne collent pas, l’esprit qui fonctionne à reculons, refuse de voir la vérité en face pendant quelques longues secondes avant que. Le cimetière. Le déplacement. Pourquoi l’aurait-elle fait si...? Le sang quitte le visage du brun.

«Attends...»

La voix qui tremble, les sourcils qui se froncent, l’air mauvais.

«Ne me dis pas que tu es là pour ce que je pense.»


Qu’il s’accroche au dernier espoir que peut-être ce n’est qu’une visite de courtoisie mais... plus très sûr de rien.
(c) DΛNDELION

_________________

So cold to live without a soul but I do my best to make things right.
  Lun 5 Aoû - 12:11
Revenir en haut Aller en bas
Yeva K. Romanova
EMISSARY OF DEATH
Yeva K. Romanova
Impétuosité : 71
https://thecult.forumactif.com
lovers in the night | Yuva Empty

Lovers in the Night


L'endroit n'est pas vraiment idéal.. Mais les circonstances non-plus.Yulian lui place, dans une délicate attention, son manteau pour qu'elle puisse s'asseoir. Mais elle refuse avec politesse d'un geste de la main. Vu la nouvelle, il vaut mieux qu'elle soit face à lui. Sa première réaction la surprend un peu, il n'a pas tout de suite compris. Cependant, peu à peu son visage trahit la réalisation des faits. Elle voit son visage s'assombrir et elle est ne peut que comprendre. La couardise l'a empêché de venir plus tôt, elle espérait que le fœtus ne survivrait pas aux trois premiers mois et ne pas avoir à assumer leur erreur... Son erreur. Et maintenant, elle ne revient que pour lui annoncer ce poids de vie. Mais elle n'aurait pas pu venir le voir avant sans le lui dire... Cela aurait été pire. Elle hoche doucement la tête, grave,

« - Si... Il est de toi, je suis désolée. »

Aucun doute là-dessus, les dates correspondent et elle n'a pas quinze amants. Elle croit même ce souvenir du jour. Ils s'étaient simplement laissé porter par l'envie et la force, s'attrapant et assouvissant leur désir. Comme la Romanov en avait peu l'habitude, toujours restreinte aux protocoles, elle avait été charmée par cette idée et enfin comblée physiquement... La contraception de Yeva avait laissé une faille et maintenant, ils se retrouvaient comme des adolescents, réalisant qu'un simple oubli pouvait provoquer de graves ennuis. Encore plus quand l'un des partis est de sang royal. Elle s'excuse de lui imposer cela, de devoir le lui annoncer ainsi. La jeune femme se doute que son amant n'en sera pas ravi... Si c'était le cas, elle devrait encore plus briser tout espoir d'en être le père aux yeux de tous. Au fond, elle espère que c'est l'option qu'il préférera de toutes façons... Elle releva le regard vers lui, restant matérielle et pragmatique, même si ce n'était pas la façon la plus délicate de gérer la chose,

« -Tu ne pourras pas être le père officiel. »

Tout d'un coup, elle prend conscience de quelque chose. Le regrette-t-elle ? Elle le regarde, scrute son visage, le moindre de ses traits, de ses poils, de chaque parcelle du grain de sa peau. Elle n'est pas amoureuse et lui non-plus. Elle le sait, elle le sent. C'est bien ainsi qu'on approche l'amour, non ? Ils ont été simples amants, pourraient-ils continuer ? Mais même sans, en d'autres circonstances, s'il avait était noble, aurait-elle pu l'envisager à ses côtés, dans sa vie ? Comme compagnon.. ? Elle a du mal à le projeter ainsi, mais ça aurait été plus simple... Ce qu'elle sait, c'est qu'elle l'apprécie. Elle apprécie sa personne, sa présence et l'étreinte de ses bras... Mais tout cela va finir. Elle ne sait s'il voudra encore d'elle après cela et elle veut se punir, ses impudences l'ont menée à cette impasse. Maintenant elle doit trouver un mari qui se fera passer pour le père. Après tout, les mariages d'amour ne sont pas faits pour les aristocrates. Elle se refusera tout autres risques de mettre à mal sa vie. Et alors qu'elle regarde le visage de l'homme qui a accompagné ses plus rares nuits de bonheur, elle le regrette déjà...Le trouble se voit peu-être sur son visage, mais elle lutte. Jamais on ne doit voir ses failles inavouables, quitte à paraître pour un cœur de pierre.
#330033
  Dim 20 Oct - 19:33
Revenir en haut Aller en bas
Yulian Letov
MY MIND IS POWER
Yulian Letov
Impétuosité : 227
https://thecult.forumactif.com https://thecult.forumactif.com/t140-cannibal-class-killing-the-so
lovers in the night | Yuva Empty


lovers in the night
Yeva & Yulian

« So far from who I was, from who I love, from who I want to be. So far from all our dreams, from all it means, from you here next to me »
T'as pas envie d'un gamin. Tu peux pas avoir de gamin de toute manière putain. T'es pas fait pour ça, t'es un monstre non? T'es un connard sans vie aucune. T'as rien pour élever un gamin, t'as pas de rêve, t'es dans un culte qui t'embauche pour faire des assassinats les plus violents les un que les autres. T'as pas de vie pour ça Yulian. Et même si tu pouvais, même si ton coeur était pour que tu sauves cette petite vie, que tu en fasses quelque chose, est-ce que t'en es capable? T'aimerai bon dieu, t'aimerai... Mais tu sais toi même que t'es pourri, ton coeur est noirci ne serait-ce que par cette enfance. T'as jamais eu de père, t'as jamais eu de figure paternelle pour t'aider, t'as jamais été une personne des plus agréables dans ce monde. Tu sais même pas comment t'as pu attirer son regard à elle.
Vous n'êtes pas des amoureux. Vous n'avez qu'un amour charnel l'un pour l'autre, pourtant tu l'apprécie bien, une affection particulière que tu ne montres presque jamais parce que si les gens s'attachent tu brises leur coeur et tu ne peux plus faire ça, t'en as marre d'être l'horrible quotidiennement.

La vérité tombe de ses lèvres, secoue la tête, perd le sens de votre conversation. Tu la regardes plus, t'as plus envie, c'est pas toi qui a la bile au fond de la gorge et pourtant t'as presque envie de t'enfuir maintenant, sans explication. La suite de sa phrase n'a rien pour te surprendre.

"Tu veux le garder alors."

Tu sais pas comment lui dire que c'est pas une bonne idée, qu'avec tes gênes ce gamin il est déjà maudit sur trois générations. Putain qu'est-ce que tu peux dire maintenant. Redresse la tête, relève ton corps même, debout face à elle les yeux dans les yeux.

"Pourquoi tu veux garder un gamin comme ça Yeva?"

T'as peur, pas seulement pour toi mais pour elle. Tu seras pas le père officiel, rien de surprenant et même si tu n'es pas surpris, même si tu veux t'en foutre, tout au fond de toi ça frotte doucement avec du papier de verre pour te briser un peu plus. Mais tu refuses de lui dire, préfère garder les yeux braqués dans les siens à attendre une réponse qui ne te plaira certainement pas.

"J'en veux pas de ce foutu môme de toute manière."


Bien sûr que t'en veux pas maintenant connard, t'es pas fait pour ça. La vérité c'est jusque t'as envie de pleurer tellement t'as peur. Parce que c'est ce qui guide tes pas depuis trop de temps maintenant. La peur, elle et elle seule. PEur du monde, peur des autres, peur de toi même. Ici c'est la peur de toi même qui est a plus forte. Jamais tu ne blesserais un gamin, jamais tu ne blesserais Yeva, mais seulement consciemment. Dans tes actions tu resteras toujours le pire. Putain, ton histoire de royauté commence à être fatigante Yulian, trouve un amour autre part, un de ceux qui ne finira pas par mourir.

"Pourquoi?"

T'es même pas sûr toi même de comprendre la question, t'as rien pour toi. Maintenant tu te demandes comment tout a commencé, à quel moment tu pensais trouver cette situation confortable. Mais rien de confortable dans votre petit monde maintenant, simplement un terrible échec commun. Un jour peut-être tu trouveras réponse à tes questions. Mais peut-être pas aujourd'hui, pas alors que t'as peur de tout ce qui pourrait arriver dans cette situation simplement parce qu'elle attend un enfant de toi. De toute manière tu ne la reverras pas une fois qu'elle posera le pied hors de cet endroit...
(c) DΛNDELION

_________________

So cold to live without a soul but I do my best to make things right.
  Jeu 31 Oct - 23:10
Revenir en haut Aller en bas
Yeva K. Romanova
EMISSARY OF DEATH
Yeva K. Romanova
Impétuosité : 71
https://thecult.forumactif.com
lovers in the night | Yuva Empty

Lovers in the Night


Yeva sent son regard fuir et le trouble qui émane de lui sans trop pouvoir le situer. Elle suppose que c'est de la colère, envers elle sans doute. C'est le plus logique. Malgré le soleil ardu, elle sent une terrible bourrasque soulever ses cheveux, elle doit tourner un peu la tête en replaçant quelques-unes de ses mèches pour ne pas être aveuglée alors qu'elle entend sa réponse, comme sec et froide. Elle est malgré tout circonspecte par sa réponse, tournant à nouveau son regard vers lui, croisant ses yeux qui se plante dans les siens, la faisant frémir. Elle veut le corriger, mais il ajoute une question.

Est-ce qu'il pense vraiment qu'elle souhaite le garder ? L'élever ? Sans son vrai père.. ? Yeva est une Romanov, ce n'est pas un monstre. Son nom grave à jamais que sa famille ne peut pas être comme les autres. Cette famille, elle est sur le point de l’agrandir, bon gré, malgré. Et elle ne peut refuser cette naissance. Cependant, son regard fait basculer ses certitudes. Elle le sent bouillir, elle n'arrive plus à comprendre pourquoi exactement. Même quand il affirme qu'il n'en veut pas. Elle aurait dû être soulagée, mais elle est de plus belle perturbée. Il y a quelque chose dans sa voix qui, imperceptiblement, s'est brisé.

Son cœur se serre en le voyant, en pleine bataille intérieure. Du peu qu'elle sait de lui, elle a l'impression qu'il ne connaît que ça. Elle est peinée, ses yeux la trahissent. Elle veut s'approcher, saisir son visage dans ses mains pour essayer de l'apaiser, ne serait-ce qu'un peu. Mais elle se sent impuissante et n'ose rien faire. Elle ne pense pas que son geste soit bienvenu. Tout serait plus simple s'ils étaient tous les deux ce qu'ils prétendent d'êtres... Elle une princesse sans reproche, qui n'hésite pas à mentir sans remords pour sauvegarder la réputation de sa famille, et lui un rustre au cœur de pierre. Mais la vie n'est pas un cartoon, les nuances existent et elles ont tendance à entraver leurs existences qu'ils souhaitent simples.

« -Yulian.. »

Sa voix tremble un peu, plus qu'elle ne le voudrait. Elle essaye de se reprendre,

« - Je suis une princesse... Je ne peux pas avorter. »

Mais elle le voudrait tant, rayer cette faute dans le script de leurs vies, n'ayant même pas à lui en parler et profiter juste de chaleureuses retrouvailles. La vérité est si simple et si dure à la fois. Et l'ironie si tranchante, si elle aimait venir ici auparavant, ce fut bien parce qu'il ne la traitait pas telle une Altesse royale, mais comme une femme. Une femme comme les autres..

« - Ce serait un scandale, je ne peux pas faire cela à ma famille. »

Mais ce n'en est pas une...
#330033
  Dim 3 Nov - 1:42
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
lovers in the night | Yuva Empty

 
Revenir en haut Aller en bas
 

lovers in the night | Yuva

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 :: our beautiful moscow :: arbatskaya